Choc toxique, pourquoi c’est important de bien choisir sa protection hygiènique ?

 

L’une des préoccupations des femmes quand elles ont leurs règles c’est sans doute l’hygiène intime. Apporter un  soin particulier à sa toilette, fait partie de la routine féminine et cela passe autres par le choix de sa  protection hygiénique. Changer sa protection hygiénique plusieurs fois par jour, c’est le seul moyen de se prémunir du syndrome du choc toxique et d’éviter les sensations d’inconfort.

VEILLEZ A ADOPTER UNE HYGIÈNE INTIME IRRÉPROCHABLE

L’essentiel de la toilette intime repose sur quelque principes simples, à appliquer,  que voici:

  • Préférez les sous-vêtements en coton, les matières synthétiques étant beaucoup plus irritantes.
  • Sous la douche, on a tendance à se laver avec le même savon, toutes les parties du corps. Cependant, c’est une mauvaise habitude, pensez à utiliser un savon au ph neutre dédiée à la toilette intime, d’autant plus que votre vulve est fragilisée pendant la période de vos règles.

 

  • D’ailleurs, la douche vaginale est à proscrire puisque le vagin est un organe qui s’auto nettoie. En faisant cela, vous fragilisez votre zone v et favorisez l’apparition d’une mycose vulvo-vaginale. Aussi, mais vous devez déjà le savoir, on doit se sécher avec précaution , afin d’éviter la prolifération de bactéries.

 

  • Prendre soin de son hygiène intime pendant les règles c’est avant tout changer sa protection hygiénique, toutes les 4 heures, maximum et j’insiste vraiment, au risque de me répéter. Les bactéries se logent et se développent dans les protections hygiéniques aussi bien dans les serviettes que dans les tampons. Cette prolifération de bactéries peut être aggravée par l’écoulement du sang, provoquant des infections ou plus grave encore, un choc toxique.
  • Avec des lingettes intimes, que vous utilisez au moment de changer votre protection, vous réduisez les mauvaises odeurs de sang séché.

 

QUELLES PROTECTIONS HYGIENIQUES POUR VOS REGLES?

 

Environ 4 millions de protections sont vendues chaque année en France, ce chiffre vertigineux englobe les serviettes, les tampons et autre coupe menstruelle. La plupart des femmes choisissent leur protection en fonction de leur morphologie, de l’abondance de leur écoulement et de l’usage (début des règles ou milieu ou bien entre le jour et la nuit). Aussi la préférence manifeste va aux serviettes hygiéniques ou aux tampons, ce qui n’empêche pas du tout, les protèges-slip de bien se vendre.

 

  • Classique la serviette périodique se décline sous différents modèles:  de la plus mince et discrète des protections que l’on réserve à la fin de ses règles, à la plus absorbante idéale lorsque le flux est normal voir abondant. La serviette hygiénique permet de faire plein d’activités, de se sentir fraîche et propre sans risquer de tâcher ses vêtements.

 

  • Récemment, des lactiques ont été ajoutés chez certaines gammes de serviettes afin de préserver votre zone v.
  • Les protèges-slip s’utilisent au quotidien lorsque vous voulez  protéger votre lingerie des pertes blanches de la glaire cervicale. Enfin, ils conviennent aussi pour les derniers jours des règles, lorsque le flux menstruel diminue.

En revanche si votre choix se porte sur les tampons, misez sur ceux qui vous assurent la meilleure protection et un vrai confort.

  • Au contraire de la serviette qui est une protection externe, le tampon est quant à lui une protection interne. En absorbant le sang le tampon se met à gonfler, il est important d’en changer environ toutes les 3 heures, afin d’éviter les infections, les mauvaises odeurs et les irritations.
  • Introduire un tampon est simple et hygiénique néanmoins c’est un geste qui s’apprend à force de le renouveller ce n’est inné
  • Pour faciliter le processus  optez pour des tampons avec applicateur.
  • Selon l‘abondance de l’écoulement, vous adapterez le modèle de votre tampon, plus ou moins petit.
  • L’avantage du tampon réside dans le fait que vous pouvez vous baigner, aller à la plage et porter un maillot de bain.

 

Dernière arrivée au rayon hygiène intime, une nouveauté fait beaucoup parler d’elle: c’est la cup menstruelle. Véritable prouesse technologique, la cup menstruelle est composée de silicone médical ce qui la rend souple. Elle représente une véritable alternative écologique et économique à la protection hygiénique jetable. Pourquoi on va la choisir, parcequ’elle:

  • Facile à placer, elle s’adapte à l’intérieur une fois que vous l’avez complétement déployée.
  • Maniable, elle se retire tout aussi simplement
  • La cup menstruelle existe en plusieurs tailles. Vous choisirez entre les 3 tailles proposées selon la quantité des saignements (de 20 ml à 30 ml)
  • La cup menstruelle se nettoie, après usage. Elle coûte environ 25.00€ et peut se garder 5 ans.

Vous ne devez pas faire preuve de négligence en matière d’hygiène pendant vos règles, car vous pourriez être exposée à un vrai danger sanitaire: le  choc toxique, je vous explique

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ ABSOLUEMENT SAVOIR SUR LE CHOC TOXIQUE

Une augmentation des cas recencés 5 en 2004  22 en 2014 et 17 en 2016 ainsi que la médiatisation de maladie par le mannequin Lauren Wasser ont fini par faire connaître le syndrôme du choc toxique.

  • Souvent associé à l’usage prolongé d’un tampon c’est une infection fulgurante de l’organisme résultant de staphylocoques dorés, naturellement présents dans le vagin et sur le col de l’utérus. Ces bactéries produisent une toxine puissante la TSST~1 qui dès qu’elle passe dans le sang provoque le choc toxique.
  • Le sang s’accumule comme bloqué par le tampon, ce qui favorise la production de cette toxine TSST~1 

La plupart des femmes atteintes par le syndrome du choc toxique sont jeunes. Certains chercheurs émettent l’hypothèse qu’elles auraient une carence immunitaire vis à vis de la toxine TSST~1. D’autres mettent en cause directement la composition des tampons, qui auraient eté modifiés au long de ces 20 dernières années afin qu’ils deviennent plus absorbants mais visiblement bien plus nocifs. Toutefois, cela reste encore à prouver.

Que faire en cas de suspicion de choc toxique

Celles qui ont vécu un choc toxique décrivent toutes, à peu près les mêmes symptômes:

  • une violente poussée de fièvre
  • des crampes à l’estomac accompagnés ou non par des vomissements, ou une diarrhée abondante
  • une baisse de la tension artérielle
  • une inflamation des muqueuses
  • une éruption cutanée qui fait penser à un coup de soleil.

Si vous percevez ne serait-ce que 2 des symptomes indiqués, consultez en urgence. Une fois hospitalisée, vous serez perfuseé car il faut des quantité de liquide et d’électrolytes pour que les vaisseaux se remplissent à nouveau, vidés sous l’effet du chaoc. Il arrive que certains organes soient atteints de manière irrémédiable.

Au travers de ce post je voulais vous mettre en garde à propos du choc toxique et vous rappeller de prendre du temps pour vous, faire attention à votre intimité (personne d’autre que vous ne peut le faire à votre place).

J’attends avec impatience vos réactions, puisque vos avis m’encouragent à continuer.

Avant ce post, aviez-vous déjà entendu parler du choc toxique, si oui dans quelles circonstances?

 

Une réaction au sujet de « Choc toxique, pourquoi c’est important de bien choisir sa protection hygiènique ? »

  1. Nurdon Jeanne Réponse

    Coucou,
    Encore une rubrique très bien écrite, continue comme ça.
    Sinon hélas j’ai déjà lu et entendu parler du choc toxique avec l’affaire de ce mannequin Lauren Wisser, amputée d’une jambe, des suites d’un choc toxique.
    Je sais, par ailleurs, que le choc toxique cause parfois des nécroses de la main, du pied.
    Je souhaite que la médecine avance sur le sujet de la toxine TSST~1, afin qu’une telle tragédie ne se reproduise jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *